Mis à jour le 5 mars 2021

Bruxelles des jardins

Par High Level Communication
Partager sur
Laeken, Brussels / Belgium - 04 25 2018: Landscape view over the dome of the Royal Glasshouses during the yearly spring opening

Laeken, Brussels / Belgium - 04 25 2018: Landscape view over the dome of the Royal Glasshouses during the yearly spring opening

Chronique de la résilience bruxelloise (46)

Dans le domaine des parcs et jardins, la Belgique possède de véritables trésors. Cela va du Château de Beloeil au XVIIIème siècle aux jardins contemporains du Kanaal à Anvers en passant par les réalisations de Jules Buyssens et René Péchère. Un tel patrimoine méritait un livre hors du commun. C’est chose faite grâce à Donatienne de Séjournet et César Garçon dont les textes et les photos raviront le lecteur. « La Belgique des Jardins » (Editions Ulmer) est l’almanach incontournable pour tous les amoureux des espaces verts de notre pays, que ces espaces soient publics ou privés. Intéressons-nous dès lors à deux pépites bruxelloises que ce superbe album met en lumière…

A tout seigneur, tout honneur : commençons par les Serres Royales du Palais de Laeken. « Dans le Domaine Royal de Laeken, écrit Donatienne de Séjournet, se déploie une véritable cité de métal et de verre consacrée à une collection de près d’un millier de plantes exotiques et rares ». Cette caverne d’Ali Baba fut bâtie à l’initiative de Léopold II qui, comme beaucoup de Belges au XIXème siècle, était passionné par la botanique et l’horticulture. En effet, nombreux étaient ceux qui, à cette époque, étaient prêts à dépenser des fortunes pour chasser et exhiber ces trésors verts. Les serres étaient ainsi devenues de véritables palais de verre, toujours plus énormes, plus légères, plus transparentes. C’est ainsi qu’entre 1874 et 1905, le deuxième Roi des Belges fit ériger le plus grand complexe de serres privées d’Europe. Trois architectes de renom s’y attelèrent successivement : Alphonse Balat, Henri Maquet et Charles Girault. Le Jardin d’Hiver qui abritait une forêt de palmiers et de fougères fut la première construction de cet ensemble monumental. Elle fut inaugurée en grande pompe en 1880 à l’occasion des fiançailles de la Princesse Stéphanie, seconde fille du Souverain avec l’Archiduc Rodolphe d’Autriche (qui mourut 9 ans plus tard à Mayerling). En temps normal, chaque année, au printemps, les Serres Royales sont ouvertes au public. Espérons que ce sera encore le cas en 2021 malgré ce vilain virus…

L’autre pépite bruxelloise que je vous invite à déguster concerne les jardins du Musée van Buuren à Uccle (à proximité du Royal Léopold Club). David van Buuren (1886-1954) et Alice van Buuren (1890-1973) était un couple mythique. Mécènes renommés, ils dédièrent leurs existences à soutenir les artistes. C’est ainsi qu’ils construisirent dans les années 20’ cette somptueuse demeure Art Déco qui fait encore la fierté de l’Avenue Errera près de cent ans plus tard. Devenue musée en 1973, cette maison abrite toujours l’impressionnante collection d’œuvres anciennes et modernes que les van Buuren rassemblèrent au fil des ans. Autour de l’édifice ucclois, il y a ces fameux jardins, aujourd’hui classés par la Région de Bruxelles-Capitale et en cours de restauration depuis 2009 sous la houlette de l’éminente paysagiste Anne-Marie Sauvat. Jules Buyssens fut le premier architecte-paysagiste impliqué par les van Buuren. Inspecteur des Jardins de la Ville de Bruxelles, il conçut les espaces verts de l’Expo Universelle de 1935 au Heysel. Dans les années 60, Alice van Buuren décida d’agrandir le jardin et fil appel à un prestigieux élève de Jules Buyssens, René Péchère en l’occurrence. Parmi ses plus de 900 réalisations, il y a notamment les aménagements extérieurs de l’Expo Universelle de 1958. Le grand paysagiste belge conçut le labyrinthe et le jardin du cœur pour Alice van Buuren. Rappelons que comme tous les musées, le Musée van Buuren est accessible (sur réservation). Dès que le printemps sera au rendez-vous, n’hésitez pas à découvrir ce monument à l’horticulture bruxelloise…