Publié le 17 mars 2021

Étonnants, inédits, les iris de la forêt…

Par Shana Devleschoudere
Partager sur

Mireille Roobaert interprète de manière onirique la nature vivante des arbres et place la notion d’observation en abyme, par un point de vue unique qui nous emporte de vertige.
L’artiste plasticienne, photographe-conteuse, juxtapose réalité et virtualité, compose des sphères fantasmagoriques, interprète des effets de sous-bois. Toutes les forêts sont comme autant de pupilles perçantes, dilatées ou contractées. Pour un réalisme dévoyé, chaque variation est composée d’un assemblage de 12 photographies ; les tirages sont réalisés sur “Chromaluxe” et plexi, avec une finition brillante.  Mais qu’importe la facture, les iris invitent à une expérience sensorielle, au fil des 4 saisons, en plongeant le spectateur dans un univers à la frontière entre méditation et contemplation.
Comme Natalia van Wassenhove défend toujours avec la même conviction les œuvres singulières, les créations à fort message affectif, elle présente désormais au sein de son show- room, ces tableaux poétiques. D’autres pièces rares comme une armure de Samouraï restent à découvrir en exclusivité.
Rouge de Chine – Rue de l’Église 2 à 1380 Lasne. Tél. 02 653 80 48.