Mis à jour le 1 avril 2021

Quand Le Lion rugit sur Bruxelles…

Par Shana Devleschoudere
Partager sur

Suzanne Belgeonne et Jean de Kerchove sont deux professionnels connus et reconnus dans le secteur immobilier bruxellois. Au travers de l’Immobilière Le Lion, ils représentent des décennies d’expérience au service du logement de prestige à Bruxelles. C’est dire s’ils bénéficient d’une vision panoramique sur l’évolution de la Capitale de l’Europe. Et le moins que l’on puisse dire est qu’ils ne voient pas où veulent en venir les autorités bruxelloises, qu’elles soient communales ou régionales. Ils tirent carrément la sonnette d’alarme : est-ce que le but final est de tuer Bruxelles ? Il est quand même symptomatique de constater que des personnalités bruxelloises en arrivent à poser de telles questions…

Il n’est pas dans les habitudes du secteur privé de piquer des coups de gueule sur la gestion des affaires publiques. A chacun, son métier… Mais quand « trop is te veel » comme on dit à Bruxelles, il n’y a pas d’autre solution que de sortir de ses gonds. Dans le cas de Suzanne Belgeonne et Jean de Kerchove, on ne peut pas parler de « goutte qui fait déborder le vase » mais plutôt d’accumulation de décisions négatives. Comme s’il ne suffisait pas que le virus nous plonge dans une crise profonde et qu’il fallait ajouter des difficultés aux difficultés… « J’en viens à me demander, lache Suzanne Belgeonne, si on ne veut pas mettre Bruxelles à genou. On a l’impression qu’on cherche à décourager les gens de se rendre à Bruxelles. Regardez le Boulevard de Waterloo. La transformation de cette artère risque de tuer le Haut Commerce. N’est-il pas immoral de consacrer de l’argent à la rénovation de ce boulevard alors qu’on est en crise économique ? Et comment va-t-on financer Bruxelles si plus personne n’y vient ? ». Et Jean de Kerchove de surenchérir… « C’est comme pour le Bois de la Cambre, la Rue de la Loi à trois voies ou la zone 30. Si on veut empêcher les gens de prendre leur voiture pour aller flaner, déguster, savourer dans le centre, qu’on le dise ! On s’en prend également aux propriétaires. La Région de Bruxelles-Capitale veut soi-disant lutter contre les loyers abusifs en mettant sur pied une commission paritaire locative. En réalité, cet encadrement des loyers est stupide. Cela aboutit à démotiver tous ceux qui souhaiteraient investir dans le logement bruxellois ».

Cette année, l’Immobilière Le Lion va fêter ses cinquante ans. Mais le cœur n’y est pas tout à fait. « Pendant un demi-siècle, nous nous sommes engagés avec passion à défendre une certaine idée de la qualité de vie bruxelloise. Aujourd’hui, nous constatons que cette dimension qualitative est en train de disparaître. A un tel point que de plus en plus de gens vont vers le Brabant Wallon et que Le Lion envisage d’ouvrir une succursale brabançonne. Ce serait un comble, sachant que notre terreau est fondamentalement bruxellois ». Tout est dit…

Paul Grosjean, Rédacteur en Chef Lobby


Chronique BXFM

La jeune golfeuse bruxelloise Clarisse Louis au pan-théon du golf mondial

Clarisse Louis est la meilleure golfeuse amateure belge. Elle joue en ce moment l’Augusta National Women’s Amateur. Pour info, le terrain d’Augusta est au golf ce que le circuit de Monaco est à la Formule 1 ou Wimbledon au tennis. Bref, Augusta est un des lieux les plus prestigieux mais aussi les plus fermés au monde. Ce fut même jadis un espace un peu phallocrate car les femmes n’y ont pas eu accès pen-dant très longtemps. Clarisse peut être fière d’être la seule Belge à avoir reçu une invitation pour ce somptueux tournoi…

Formée dans le club de Rigenée à Villers-la-Ville, Clarisse Louis a conquis sa place en équipe nationale dès l’âge de 9 ans. Elle a remporté cinq titres de Championne de Belgique Interclubs d’affilée de 2014 à 2018. Et elle a aussi gagné le prestigieux Open de France en juniors et en amateurs à Saint-Cloud. Un exploit. Il y a deux ans, elle avait déjà eu l’occasion de jouer à Augusta. Elle s’était alors laissée impres-sionner par la majestuosité du lieu, l’enjeu et la couverture médiatique. Elle y est repartie cette semaine le couteau entre les dents pour dominer ce terrain et ne plus se laisser influencer par tout ce qui tourne autour.

Etudiante à la Solvay Brussels School, Clarisse Louis joue également au hockey à l’Orée où elle entraîne les jeunes en job d’étudiante. Elle doit donc combiner cet horaire dingue avec les nombreuses heures d’entraînement au golf. Mais, en plus d’être surdouée, elle est incroyablement gentille, humble et empathique. Si elle a choisi de rester en Europe plutôt que d’être dans un collège américain, c’est pour ne pas s’éloigner ni de sa famille ni de ses amis.

Son autre famille, c’est le golf de Rigenée. Un club familial qui fêtera en 2022 ses 40 ans. Ce parcours est manucuré par Christophe Descampe qui a sorti un lot in-croyable de joueurs et de joueuses de talent, dont sa soeur Florence qui est la meil-leure golfeuse belge de tous les temps. Bref, Rigenée, qui est le rendez-vous des Golf Lovers, est un des clubs européens de référence grâce aux résultats internationaux de Bénédicte Toumpsin, Quentin de Valensart, Bertrand et Charles Mommaerts, Basile Devillet, Manon et Margaux Vanmol,… Précisons que Clarisse entraîne une nouvelle vague de jeunes prodiges du golf belge, dont le très prometteur Hugo Du-quaine. En fait, la Belgique est devenue une vraie nation de golf. Notre pays n’a-t-il pas remporté en 2018 la Coupe du Monde de Golf grâce aux deux Thomas, Pieters et Detry ? L’union fait le golf.

Retrouvez l’interview de Clarisse dans les studios de BXFM car la radio se trans-forme aussi en studio d’enregistrement audiovisuel…