Publié le 27 août 2021

Quels sont les défis d’une société familiale en phase de transmission ?

Par Shana Devleschoudere
Partager sur
Jef Colruyt a succédé en 1994 à son père, Jo Colruyt, à la tête de l'entreprise éponyme...

Jef Colruyt a succédé en 1994 à son père, Jo Colruyt, à la tête de l'entreprise éponyme...

Retour à notre saga estivale sur les entreprises familiales. Après avoir présenté cinq success stories dans cinq secteurs différents, nous souhaitons maintenant donner la parole aux experts. Place d’abord à la question sans doute cruciale pour toute affaire de famille à savoir celle de la transmission. Pour en percevoir les tenants et aboutissants, nous avons interrogé deux consultantes de chez Deloitte : Hélène Rouvez et Ine Devoet. Voici la synthèse de leurs recommandations en la matière…

Transmettre une entreprise familiale, ce n’est pas uniquement transmettre des actions, c’est également transmettre un savoir-faire particulier et les valeurs attachées à l’entreprise. C’est tout un processus. Le transfert effectif des actions ne constitue donc généralement que l’aboutissement de ce processus qui le dépasse et l’englobe. Mêlant l’entreprise et la famille, la transmission d’une entreprise familiale est complexe et représente souvent un défi pour les familles entrepreneuriales. Elle peut être floue pour les parents qui ne savent pas si leurs enfants sont capables et ont envie de continuer mais également pour les enfants qui ne savent pas encore très bien où se trouve leur place dans l’entreprise familiale. Il est important de commencer par clarifier les envies et les rôles actuels et futurs de chacun mais également de faire émerger les valeurs familiales que la famille développera à l’avenir. Dans ce cadre, il est important de savoir si la structure correspond toujours, non seulement aux besoins actuels de l’entreprise, mais aussi à ceux de la génération future.

De toute façon, chaque famille est unique et nécessite une approche sur mesure. Les thèmes à aborder (liés notamment à la gouvernance, à la propriété des actions et à l’implication de la famille) sont semblables d’une famille à l’autre mais la manière de les aborder dépend de l’ADN de la famille, de chacun de ses membres et de l’entreprise. Par exemple, en présence de jeunes enfants, il n’est pas opportun de parler de clauses d’agrément, de restriction de cession ou de planning successoral. Par contre, les familiariser avec les notions de gouvernance, de propriété et les liens qui existent entre les deux est primordial. Autre exemple, une entreprise pourrait mettre plus l’accent sur les valeurs partagées, la vision stratégique et la mission de la famille tandis qu’une autre invitera les prochaines générations à y réfléchir dans la durée à la suite d’un cheminement de la pensée. Ce trajet se termine généralement par une transmission réelle des actions et donc une donation, une vente ou un mélange des deux. Lorsqu’une donation est prématurée ou pas encore souhaitée, il faut élaborer un plan d’action avec différentes étapes à mettre en œuvre dans un horizon déterminé en fonction des besoins des membres de la famille. Bref, réussir sa transmission, c’est prévoir tous les cas de figure. D’où l’intérêt d’être bien accompagné…


Newsletter de Lobby du vendredi 27 aout 2021, Rédigée par Paul Grosjean.