Mis à jour le 30 septembre 2021

SOYONS OPTIMISTES !

Par Shana Devleschoudere
Partager sur
Lasne, au calme dans un quartier résidentiel, jouissant d'une superbe vue sur la campagne avoisinante, magnifique villa de prestige...

Lasne, au calme dans un quartier résidentiel, jouissant d'une superbe vue sur la campagne avoisinante, magnifique villa de prestige...

On le sait, le marché de l’immobilier est en pleine mutation. Pour le deuxième épisode de notre série sur « L’Immobilier de Demain », il nous a semblé essentiel de prendre la température auprès d’un expert du secteur. Et pas n’importe lequel !

Tout le monde, en Belgique tout du moins, connaît Victoire. En effet, qui n’a jamais croisé les panneaux ou les affiches avec la célèbre cigogne rouge de l’agence immobilière ? Il faut dire qu’en trente ans, l’agence s’est diversifiée et est devenue bien plus qu’un intermédiaire entre vendeur et acheteur : gestion locative, création de nouveaux projets, aide à la stratégie marketing, … Victoire s’est imposée comme un acteur incontournable du marché. La preuve en chiffres : l’immobilière compte 250 immeubles existants et 200 neufs vendus par an, auxquels viennent s’ajouter entre 5 et 600 locations, soit près de 1.000 transactions annuelles, sur le seul Bruxelles (au sens large). Jean Corman, fondateur et CEO, semble donc tout indiqué pour nous aider à décrypter l’avenir de l’immobilier. Et le moins que l’on puisse écrire, c’est que l’homme est optimiste !

« L’année 2020 fut catastrophique. Pendant 4 mois nous n’avons fait aucune visite… Mais depuis, l’engouement est tel que la demande vient à dépasser l’offre. Nous expliquons à nos clients que nous sommes en mesure de leur trouver des acheteurs pour des immeubles ne correspondant plus aux normes énergétiques – mais qui pourraient être rénovés par de futurs propriétaires -, tout en leur proposant de nouvelles constructions répondant aux exigences actuelles. Pour celui qui est sensible à l’évolution de son patrimoine à l’échéance de 10 ou 20 ans, et qui n’a pas envie d’engager trop de frais en travaux de réhabilitation, c’est le bon moment pour y réfléchir ». Il faut noter que les contraintes deviennent nombreuses et, bien sûr, différentes selon les régions du pays … Nous sommes en Belgique ! On peut citer comme exemple l’obligation d’isoler son toit pour pouvoir louer son bien en Flandre, tandis que du côté bruxellois, c’est la suppression des chaudières à gaz à l’horizon 2050 qui préoccupe les propriétaires. Mais d’un autre côté « dans les appartements modernes, le chauffage devient superflu et les charges sont beaucoup moins importantes que dans les vieux immeubles où il faut régulièrement refaire des choses ; à la sortie, on a donc aussi de plus beaux loyers pour les propriétaires » nuance Jean Corman. On parle de loyers qui oscillent entre 1000 et 1400€ alors qu’à l’achat, cela peut aller jusqu’à 600.000 € pour un appartement dans un immeuble luxueux et idéalement situé.

Si le marché évolue, les modes de vie et les envies des citoyens aussi, ce que Victoire à appris à prendre en compte. « Plutôt qu’une famille (avec 3 enfants) à la recherche d’une grande maison et vaste jardin avec une école internationale à proximité, nous recevons désormais des trentenaires qui se contentent d’un appartement au centre-ville.  Avant la Covid, tout le monde voulait revenir en ville, même ceux qui habitaient de belles zones vertes. Maintenant conduire les enfants à l’école, à la piscine ; se rendre au théâtre reste une servitude … On subit les embouteillages alors pour se rendre au travail ! Désormais, on privilégie le télétravail au moins en temps partiel, on cherche à être moins pénalisé par les trajets. Et comme on est plus souvent chez soi, on souhaite profiter d’un jardin, d’une terrasse, voire d’une piscine. Du coup, les maisons de la périphérie au sens large, qui étaient un peu délaissées, ont repris des couleurs », ce qui n’est pas pour déplaire à Jean Corman, dont l’agence a toujours visé le haut de gamme et les communes plutôt aisées comme Uccle, Waterloo, Rhode-Saint-Genèse, etc.

Avec une brique dans le ventre de la plupart des Belges, le marché, en pleine évolution, a encore de beaux jours devant lui !

Excellent début de week-end à tous. Et à la semaine prochaine !