Mis à jour le 21 octobre 2021

On ne doit jamais oublier ses débuts !

Par Shana Devleschoudere
Partager sur
Anthony Di Prima

Anthony Di Prima

Suite de notre série sur le futur de l’immobilier avec Anthony Di Prima. Vous avez probablement déjà croisé la route ou tout au moins les constructions de cet entrepreneur passionné au nom qui fleure bon l’Italie. Portrait …

 

Nous sommes en Sicile en 1970. La famille Di Prima décide de venir habiter à Liège avec leur petit garçon, alors âgé de 8 ans, Anthony. 51 ans après, ce dernier emploie une septantaine de collaborateurs au sein de son groupe Hobeco, composé de 20 sociétés. Une véritable success-story !

Anthony est ce qu’on appelle un self-made-man. Il n’a “qu’un” diplôme d’électricien mais une tête pleine d’idées qui vont se révéler géniales. Il crée sa société Hobeco avec pour domaine de prédilection la construction de maisons résidentielles et immeubles à appartements. Soutenue par un promoteur immobilier, l’entreprise compte également des dizaines d’immeubles de bureaux et bon nombre d’autres biens dans toute la Wallonie.

Mais si nous consacrons cette semaine notre newsletter à Anthony Di Prima, c’est pour son dernier coup de génie : quelques mois avant que nous frappe la pandémie de Covid-19, notre homme apprend que l’entreprise “3ème Bureau SA” est déclarée en procédure de réorganisation judiciaire (PRJ). En clair, la société obtient une période de sursis pendant laquelle elle peut préparer sa réorganisation et mettre en œuvre des mesures afin d’assurer la continuité de son activité. Ni une ni deux, Di Prima se porte acquéreur. Au vu de son histoire, on comprend la fierté de ce quinquagénaire de devenir le CEO d’un tel label.

Parce que “3ème Bureau”, c’est une solide référence : ils se sont vus confier la construction ou rénovation de bureaux et résidences privées de feu Albert Frère (CNP-GBL), des actionnaires de AB InBev et tant d’autres lieux d’exception comme de somptueuses villas à Saint-Tropez, une magnifique propriété londonienne avec vue sur Kensington Palace Garden, un splendide penthouse avenue Marceau à Paris, des boutiques Hermès, Vuitton, etc.

Anthony le reconnaît sans peine, c’est sur un chantier qu’il se sent bien, pas dans un bureau. On n’oublie jamais ses débuts et lui, c’est sur le terrain qu’il a commencé. Il a beau avoir pris l’ascenseur social, il n’en a pas moins gardé des valeurs : “Je n’imagine pas un seul instant demander à mes hommes d’exécuter une tâche que je serais incapable de faire”.

Comme beaucoup d’acteurs du secteur, Anthony Di Prima est conscient de l’impact négatif important du monde de la construction sur l’environnement. Alors, il a décidé de changer un peu les habitudes de “3ème Bureau”. Aujourd’hui, les constructions de la société sont composées d’équipements spécialement choisis pour consommer, notamment, le moins possible d’électricité. Une attention particulière est aussi apportée à l’isolation et à tout ce qui peut permettre de réduire l’empreinte écologique.

Le futur est en marche ! Di Prima et ses sociétés Hobeco/3ème Bureau sont décidés à y tenir les premiers rôles.

Bonne fin de semaine et, surtout, bon début de week-end !