Mis à jour le 9 novembre 2021

La nature l’emporte toujours…

Par Shana Devleschoudere
Partager sur
Pour Bruno Erpicum, l’immobilier de demain doit intégrer la notion de plaisir. Une notion que l'on semble bien trop souvent oublier…

Pour Bruno Erpicum, l’immobilier de demain doit intégrer la notion de plaisir. Une notion que l'on semble bien trop souvent oublier…

Pour clore notre série sur “L’immobilier de demain”, il nous tenait à cœur de donner la parole à un architecte, un peu philosophe, un peu poète …
Passionné par les grands maîtres comme Niemeyer, Mies van der Roye et Frank Lloyd Wright, Bruno Erpicum aime casser les codes, voyant l’architecture comme une vraie discipline artistique. Découvrir l’une des constructions emblématiques de l’architecte est aussi inspirant que déroutant. Ses conceptions comportent des pièces d’eau, des patios, des fenêtres à des endroits improbables : elles sont vues comme des solutions variées et étonnantes pour apporter de la lumière à l’intérieur. “La lumière vibre sur les rochers tout comme sur la façade du bâtiment. Les strates horizontales formées dans le béton reçoivent la poussière déposée par le vent ensuite, les mousses s’y développent, la vie est embarquée”. On connaissait l’architecte, on le découvre poète !
Nous l’avons abordé à plusieurs reprises, le monde de l’immobilier est en pleine réflexion au sujet de son empreinte sur le climat. Bruno Erpicum y réfléchit sans cesse et tout est sujet à intégration : l’isolation thermique et phonique, un robinet, un interrupteur… “Nous avons mis au point un luminaire qui intègre, entre autres, la pulsion et l’extraction d’air, le son, les caméras et autres senseurs…”. L’artiste joue aussi à fond la carte des nouvelles technologies pour maîtriser au mieux l’impact de ses constructions sur l’environnement : la digitalisation lui permet, entre autres exemples, de faire varier les flux d’air en réponse au nombre de personnes dans la pièce. “Nous travaillons sur la réduction de l’impact du bâti en considérant toutes ses composantes depuis le général jusqu’au particulier”.
Bruno Erpicum a sa conception propre, quasiment unique de l’architecture, qu’il écrirait d’ailleurs avec un A majuscule. L’Architecture, il la voit comme un art auquel il applique trois principes quasi immuables : “la Nature l’emporte toujours, la pérennité des matériaux, l’intégration des techniques”. La célèbre agence Engel & Völkers, qui vend certaines habitations conçues par Bruno Erpicum nous éclaire : “Les travaux de construction doivent être en parfaite harmonie avec l’environnement car selon lui, la nature est le moyen de mettre de la poésie dans une habitation. L’architecte joue sur les lumières et les textures pour conférer à l’espace une certaine atmosphère et lui donner vie”.
Enfin, autre thème récurrent malheureusement, la pandémie. Nous l’avons vu, le marché de l’immobilier a souffert des confinements. Comment Erpicum voit-il le futur ? ” Nous ne nous passerons plus d’une terrasse ou d’un jardin. Nous voulons vivre pleinement chaque moment. Quitte à articuler méticuleusement vie de famille, travail et loisirs. Désormais, le travail peut être réalisé chez soi, au bureau ou pourquoi pas dans un lieu idyllique, du moment que notre quotidien rime avec liberté et sérénité. L’immobilier de demain doit intégrer cette notion de plaisir. Une notion que l’on semble bien trop souvent oublier”.
A partir de la semaine prochaine, nous aborderons un nouveau thème : l’axe
« Bruxelles/Paris – France/Belgique ». De quoi réchauffer nos soirées d’automne ;o)
D’ici-là, profitez pleinement de la nature et du grand air !