Mis à jour le 1 juillet 2024

Au feu !

Par High Level Communication
Partager sur Partager sur Linkedin

Il y a cinq ans, l’illustre Cathédrale Notre-Dame de Paris prenait feu. Et en quelques heures, la flèche et les deux tiers de la toiture se sont effondrés. Le monde entier était incrédule et sous le choc !

Cela fait plusieurs semaines que nous vous parlons des vertus de la rénovation-reconstruction, et avec raison. Elles sont nombreuses dans notre société de plus en plus guidées par les valeurs ESG. Et donc, réutiliser l’ancien plutôt que bâtir du neuf devient indispensable. Mais la rénovation entraîne aussi certains risques majeurs !

La rénovation, c’est hyper-tendance, ce n’est pas nous qui allons écrire le contraire. Semaine après semaine, cette Newsletter de LOBBY démontre par a + b que rénover est la bonne décision sur le marché actuel de l’immobilier. Et les professionnels ne s’y trompent d’ailleurs pas : beaucoup de chantiers actuels sont des rénovations et non des nouvelles constructions. Mais il nous faut ici être honnêtes : si nous avons loué les qualités de la rénovation et croyons toujours en la réutilisation de l’ancien, cette dernière peut présenter aussi des dangers

La plus grosse menace qui guette les chantiers dont il est question sont les risques d’incendie. De Notre-Dame de Paris à la Bourse de Copenhague, en passant par la Monnaie à Bruxelles, tous ont connu ce problème. Et la liste est loin d’être exhaustive, il ne s’agit ici que de quelques exemples marquants qui laissent encore des souvenirs vivaces et malheureux dans nos mémoires. « On sait que les incendies surviennent quand de vieux édifices sont un peu remués », relève un architecte spécialisé. Trois ans auparavant, des chercheurs du Centre national français de la recherche scientifique (CNRS) avaient prévenu sur le risque d’embrasement de la toiture de Notre Dame de Paris, mais leurs recommandations n’ont pas été suivies d’effet, comme d’ailleurs les signaux d’alertes des employés sur place…

Sans chercher à déterminer les causes du malheur, à Notre-Dame comme ailleurs, il semble qu’il y a eu, à tout le moins, un problème sérieux de prévention. Mais c’est peut-être dû aussi à un manque de réglementation en la matière… Il faut savoir qu’en Belgique, s’il existe un arrêté royal déterminant les dispositions à respecter en termes de protection contre l’incendie dans les bâtiments à construire, la réglementation en matière de prévention dans les immeubles existants est toujours très pauvre, pour ne pas dire… inexistante ! En l’absence de cadre légal, les pompiers tendent à adapter leurs avis à ce qui est prévu pour les immeubles neufs, mais ils aspirent à des règles claires. Et ce, qu’il s’agisse de l’isolation des bâtiments pendant les rénovations, des phases de chantier les concernant, ou de la définition des responsabilités entre bureaux d’études, architectes et entrepreneurs. Un texte serait dans les tuyaux depuis longtemps, mais son élaboration ressemble, apparemment, à la quadrature du cercle. Et hop ! Un nouveau dossier brûlant (sans mauvais jeu de mot) pour le prochain gouvernement…

Mais, au fond, en quoi les risques sont-ils plus importants en cas de rénovation ? « Le problème c’est que dans ce genre de travail il faut souvent démonter les structures et les dispositifs de protection existants » explique un expert. « Si les matériaux d’isolation utilisés ne sont pas protégés, un incendie peut rapidement se déclarer en présence de matériaux inflammables et dans des conditions de sécurité d’un plus faible niveau ». Et encore : « Lors de travaux de rénovation, il est naturellement question de bâtiments anciens dont la structure en bois est souvent très sèche, avec des copeaux qui se sont accumulés à sa base durant des dizaines, voire des centaines d’années. Dès que l’on s’active avec une flamme dans les environs, le risque d’incendie est grand, et une fois le feu amorcé, il peut s’étendre rapidement » appuie Dirk Van Kerckhove, directeur d’Embuild Connect, qui représente les métiers actifs dans le secteur de la finition et de la toiture.

Petits et grands bâtiments, tous ont besoin un jour d’être rénovés. N’hésitons donc pas. Et poursuivons la tendance actuelle. Mais en mettant en place des règles plus strictes et applicables. Cela évitera des drames comme on en a vécu avec la Cathédrale Notre Dame de Paris, qui a été un choc au plan mondial !

Si vous voulez en savoir plus sur la sécurité sur les grands chantiers de rénovation, ou sur leurs failles, allez dans le dernier numéro du magazine LOBBY ICI.

Pour finir, rappelez-vous : Dès le lendemain de l’incendie de Notre-Dame de Paris, Emmanuel Macron intervenait en direct à la télé pour annoncer la reconstruction au pas de charge. Et d’annoncer 2024 pour la réouverture du Lieu-saint. Eh bien, à la rédaction, nous pensons qu’il va tenir son pari fabuleux. Mais sera-t-il toujours Président, à ce moment-là, pour en recueillir les lauriers ? Hum, hum…