Mis à jour le 7 novembre 2022

Cheers au Chateau la Marzelle !

Par Shana Devleschoudere
Partager sur

Doté de dix-sept hectares d’un seul tenant sur la Haute-Terrasse de Saint-Émilion, le Château La Marzelle dispose d’un capital naturel exceptionnel.

De ce terroir privilégié par la nature, est issu un vin de renom, distingué avant l’heure de la mention “premier cru classé”. À partir de 1998, la famille Sioen insuffle à la propriété une dynamique de transformation, concrétisée par de grands travaux sur les bâtiments, un renouvellement des équipements et une restructuration qualitative du vignoble, allant de pair avec sa conversion à l’agriculture biologique. Pratiques culturales respectueuses de la vigne et travail d’élevage digne de l’orfèvrerie ont apporté les résultats espérés : Château La Marzelle s’est hissé au niveau des premiers des Grands Crus Classés de Saint-Émilion.

Un capital naturel exceptionnel

De ce terroir privilégié par la nature, est issu un vin de renom, distingué avant l’heure de la mention “premier cru classé”. À partir de 1998, la famille Sioen insuffle à la propriété une dynamique de transformation, concrétisée par de grands travaux sur les bâtiments, un renouvellement des équipements et une restructuration qualitative du vignoble, allant de pair avec sa conversion à l’agriculture biologique. Pratiques culturales respectueuses de la vigne et travail d’élevage digne de l’orfèvrerie ont apporté les résultats espérés : Château La Marzelle s’est hissé au niveau des premiers des Grands Crus Classés de Saint-Émilion. 

Une longue histoire de renommée

Des abbés vignerons au Grand Cru Classé

C’est en 1137 qu’est fondée l’abbaye cistercienne de La Faise, sur l’actuelle commune des Artigues-de-Lussac, en Gironde. Les moines, grands propriétaires fonciers, y perpétuent la culture de la vigne initiée plus de mille ans auparavant. “Salut ô ma patrie, célèbre par tes vins…” s’enthousiasmait déjà le poète romain Ausone. En 1199, le duc d’Aquitaine Jean sans Terre autorise les bourgeois de saint-Émilion à se constituer en Jurade. Les jurats imposent des règles draconiennes pour assurer la qualité des “vins fins” qui contribuent à faire la réputation de leur cité. 

Il faut attendre le XVIIIe siècle pour que les religieux vignerons se dessaisissent de leur domaine de La Marzelle, au profit de la famille Largeteau. L’on trouve la trace de cette “reconnaissance” dans un rapport de maître Isambert, en date du 12 mars 1741. Le sieur Largeteau y désigne “un bordier qu’il possède dans la paroisse de Saint-Martin de Mazerat, aujourd’hui Saint-Émilion, au lieu appelé La Marzelle.” Un contrat de mariage passé en 1734 évoquant ce bien laisse à penser que l’origine de propriété est même antérieure à cette date. Le domaine est resté jusqu’en 1891 dans le patrimoine de cette famille. 

Tout comme la propriété voisine “Domaine Noble Figeac” a donné son nom au lieu-dit Figeac, il est probable que le lieu-dit La Marzelle a emprunté son nom à la notoriété précoce du domaine. En 1821, La Marzelle est mentionné pour la première fois sur la carte de Belleyme. La renommée des vins du domaine est grande, puisque dès 1925, alors que le classement des vins de Saint-Émilion n’existe pas encore, la mention “premier cru classé” figure sur l’étiquette de la bouteille. Le tout premier classement officiel, qui voit le jour en 1954, consacre le château La Marzelle parmi les plus remarquables des vins de Saint-Émilion. 

L’excellence, maître-mot d’aujourd’hui et de demain

Le dernier classement de 2012 confirme La Marzelle parmi les 64 Grands Crus Classés de Saint-Émilion. Château La Marzelle est devenu membre de l’Association de Grands Crus Classés de Saint-Émilion, qui promeut les vins de la cité médiévale à travers le monde. Château La Marzelle est également membre du Grand Cercle des vins de Bordeaux, qui compte 195 propriétés, 29 appellations, et s’affirme comme un rassembleur de talents dont le maître-mot est l’excellence.

XXIe siècle, le temps des transformations

Un grand rêve pour une spectaculaire renaissance 

L’acquisition en 1998 par la famille Sioen des treize hectares de Grand Cru Classé La Marzelle marque le début d’une nouvelle ère pour le château. Pour Jacqueline Sioen, “Il n’existe rien qui procure plus de satisfaction que de réaliser le rêve de sa vie : produire un grand vin à Saint-Émilion, l’un des meilleurs terroirs du monde.”Le grand rêve de ce couple d’entrepreneurs industriels belges se concrétise par d’importants investissements. Le chai à barriques est doublé en 1999, afin d’élever en barriques la totalité de deux millésimes. Un millésime ne chasse plus l’autre et chacun peut désormais s’épanouir en quatorze mois ou davantage. En 2008, le domaine s’agrandit de quatre hectares de vignes supplémentaires, qui portent sa superficie à dix-sept hectares. 

 

Jusqu’en 2014, de grands travaux transforment la physionomie du domaine : restauration de la maison, création d’une salle de réception de 100m2 dominant le vignoble, réfection du chai de vinification avec de nouvelles cuves inox thermorégulées, chaîne de réception des vendanges entièrement repensée. La même politique ambitieuse s’applique au vignoble et au renouvellement des pratiques culturales. Le travail de la vigne se convertit aux principes de la culture biologique, aboutissant à l’obtention de la norme ISO 14001 environnementale. La vinification et l’élevage du vin s’inscrivent dans de nouvelles règles, dans le but d’atteindre les sommets de l’excellence. En ce début de XXIe siècle, fort d’une aura retrouvée, le Château La Marzelle s’inscrit dans un nouveau cycle transgénérationnel, puisque les petits-enfants de la famille Sioen en écrivent aujourd’hui la suite de l’histoire. 

Encépagement, l’évolution permanente

Groupé d’un seul tenant autour des bâtiments d’exploitation, le vignoble du Château La Marzelle est composé de 75% de Merlot, 17% de Cabernet Franc et 8% de Cabernet Sauvignon. Le Merlot, cépage roi de la rive droite de la Dordogne, est parfaitement adapté au Libournais, où il occupe la majorité des surfaces. Il confère aux vins de Saint-Émilion rondeur, soyeux et velouté, tant appréciés des amateurs. Le Cabernet Franc, très aromatique, apporte à l’assemblage structure et fruité. Le Cabernet Sauvignon, plus tannique, assure au vin une solide colonne vertébrale et lui octroie une plus grande longévité.

 

Le plan de restructuration du vignoble, entrepris avec l’objectif d’améliorer le matériel végétal existant, a permis d’augmenter la densité des vignes, passant de 5600 pieds / hectare à 7150 pieds / hectare. Cette densification réduit la production de raisin de chaque ceps tout en augmentant sa qualité, pour un rendement à l’hectare inchangé. Entre 2003 et 2018, quatre phases d’arrachage / replantage replantation de parcelles ont eu lieu à intervalles réguliers afin de régénérer le vignoble. Deux parcelles de Merlot ont à cette occasion été replantées en Cabernet Sauvignon et Cabernet Franc.

Commentaires de dégustation

« C’est avec beaucoup d’enthousiasme que je suis de très près l’évolution du domaine ; et je suis fière de vous présenter le fruit de notre travail passionné : un grand vin de garde, plein, bien équilibré, élégant, doté d’une belle finale soyeuse, digne des meilleurs Grands Crus Classés de Saint-Émilion. »


Route de Libourne ed 243, 33330 Saint-Emilion, France // Tel: +33 (0)557 55 10 55 // info@lamarzelle.com // www.chateaulamarzelle.com