Mis à jour le 27 octobre 2022

On peut mettre la pression sans être activiste

Par Shana Devleschoudere
Partager sur
"Un bâtiment durable permet de maintenir un taux d'occupation élevé" Marc Eeckhout, Senior Strategist chez Puilaetco

"Un bâtiment durable permet de maintenir un taux d'occupation élevé" Marc Eeckhout, Senior Strategist chez Puilaetco

Cette semaine, nous clôturons notre série consacrée aux liens entre immobilier et patrimoine iconique. Et pour cette dernière newsletter, nous avons choisi de vous parler de… durabilité. Mais, pour rester dans notre thématique, la durabilité est évoquée ici à travers les SIR…
Si tout le monde a cet acronyme dans les oreilles, il reste parfois un peu flou. Alors, qu’est-ce exactement ?
SIR signifie Sociétés Immobilières Régionales. Sans entrer trop dans les détails de la loi qui régit ces sociétés, on peut noter quelques éléments forts. Cotées en Bourse, elles sont soumises à des dispositions strictes, les obligeant notamment à limiter leur endettement à maximum 65% de leur portefeuille immobilier et à reverser au moins 80% de leurs bénéfices sous forme de dividendes.
Aujourd’hui, la durabilité est aussi entrée dans l’ADN de ces sociétés. C’est bien dans l’air du temps !
Pour en parler, le magazine LOBBY a choisi Marc Eeckhout, Senior Strategist chez Puilaetco, une banque privée qui a notamment pour mandat d’investir dans des SIR belges et européennes, au nom de ses clients.
Comme chaque semaine, l’interview intégrale est à retrouver dans le magazine LOBBY (voir plus bas), mais nous vous en proposons ici quelques extraits.
Sur l’évolution des mentalités au sujet de la durabilité dans les SIR, Marc Eeckhout explique : « En Belgique, on ne peut pas négliger que 40% des émissions de CO2 proviennent du domaine de l’immobilier. Il est impératif de diminuer ce taux. Globalement, on constate qu’il y a de plus en plus d’initiatives pour limiter les rejets de CO2, notamment en suivant les recommandations de l’Accord de Paris sur le climat, dont l’objectif est de réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40% d’ici 2030, par rapport au niveau de 1990 en Europe. Les SIR vont s’adapter, étape par étape. Il leur est conseillé de publier un rapport de durabilité chaque année. Certaines d’entre elles compensent déjà leur bilan carbone, parfois jusqu’à 100%, en s’inscrivant dans un processus de plantation d’arbres ou d’achat de certificats ».
Et du côté des investisseurs, comme réagit-on ? « Le critère de durabilité est important pour les investisseurs et les locataires des biens immobiliers mis à disposition par les SIR. Ces derniers veulent intégrer des bâtiments verts pour diminuer leurs frais, mais aussi pour maintenir leur réputation. Un bâtiment écologique sera plus attractif pour les locataires qui accepteront de payer un loyer plus élevé s’ils bénéficient d’équipements tels que des panneaux photovoltaïques, ou d’une pompe à chaleur, qui permettent d’alléger les dépenses énergétiques.
Dans le portefeuille des SIR, il y a parfois des bâtiments dont on ne peut pas améliorer la qualité durable. Dans ce cas, il est peut-être temps de les vendre… C’est le cas à Bruxelles, où d’anciens immeubles de bureaux, mal situés, sont vendus pour devenir des logements ou des écoles ».
Enfin, il ne faudrait pas l’oublier, notre interlocuteur travaille chez Puilaetco. Et, on l’a écrit plus haut, cette banque privée investit dans les SIR. Alors, la question vient naturellement… Quelle est la place de la politique de durabilité de Puilaetco, dans un secteur où habituellement tout ce qui tend vers l’écologie passe au second plan ? Comme on pouvait s’y attendre, Marc Eeckhout vente les efforts de la société qu’il représente : « Le taux d’occupation est un critère très important dans la gestion d’une SIR. Et un bâtiment durable permet de maintenir un taux d’occupation élevé. Nous n’allons pas aux réunions des actionnaires. Nous ne sommes pas des activistes, mais nous leur mettons la pression. Dans chaque entretien avec les SIR, nous leur demandons les mesures qu’elles sont prêtes à mettre en place en matière de durabilité ».
C’est sur ces propos encourageants que s’achève notre série concernant l’immobilier et le patrimoine iconique. Cliquez ici pour accéder au LOBBY 56 !
Rendez-vous vendredi prochain avec une nouvelle thématique. Celle-ci mettra Bruxelles au centre de toutes les attentions. Ce que nous vous conseillons de faire avec votre famille ce week-end !