Mis à jour le 19 janvier 2023

La Mobilité et l’Humain… vastes sujets !

Par Shana Devleschoudere
Partager sur
Philippe Dehennin, Président de la FEBIAC, et Francine Messinne, partenaire du bureau d’avocats CEW&Partners, en sont persuadés : l’anticipation du futur immédiat est une priorité !

Philippe Dehennin, Président de la FEBIAC, et Francine Messinne, partenaire du bureau d’avocats CEW&Partners, en sont persuadés : l’anticipation du futur immédiat est une priorité !

Cette semaine, nous terminons notre série passionnante sur le futur de demain et sur le recueil Next2Be qui en est le nouveau support. Et pour finir en beauté, nous vous présentons de nouveau deux acteurs aux métiers bien différents mais qui sont déjà bien impliqués dans l’avenir. C’est-à-dire demain !

Francine Messinne, partenaire du bureau d’avocats CEW&Partners

S’il y a bien un secteur qui se doit d’anticiper le futur, c’est celui de l’automobile. Et si on extrapole un peu, celui de la mobilité. C’est pourquoi, la Fédération Belge et Luxembourgeoise de l’Automobile et du Cycle (Febiac) se devait d’être partenaire du projet Next2Be.
Le futur immédiat de la Febiac s’articule autour de deux grands défis : le chalenge climatique et l’amélioration de la mobilité, avec la décongestion des grandes villes.
Du côté de la Fédération, on en est bien conscient. Voici ce qu’en dit Philippe Dehennin, son Président : « Affirmer que la suppression de la voiture serait le seul horizon de la politique de la mobilité des villes ne serait pas honnête. Pour autant, les gestionnaires publics doivent bien intégrer que tout le monde n’est pas en mesure de se déplacer à vélo, à pied, en bus, en tram ou en métro. Les voitures garderont leur place au sein des villes. Pour apaiser la congestion, les constructeurs s’engagent dans les nouvelles technologies. Des voitures plus économes en termes d’énergie, des véhicules connectés et bientôt autonomes, la technologie de la communication et des données : tout sera de plus en plus lié, ouvrant un vaste champ de nouvelles possibilités ». La technologie et ses évolutions seront donc primordiales. Mais la Febiac estime qu’un effort collectif est indispensable : « En contrepartie, il faut que les villes elles-mêmes investissent dans du data facilitant la conjugaison intelligente des différents modes de transport articulés autour d’une vraie volonté politique de les faire fonctionner en harmonie. Il faut lever tous les obstacles politiques et techniques qui contrarient la comodalité ».
Quant aux critères de durabilité, la Febiac explique : « L’industrie automobile est celle qui, tous secteurs confondus, investit le plus en recherche et développement. Chaque constructeur s’engage sur la durabilité des chaînes logistiques, la protection environnementale dans les usines, le recyclage des véhicules hors d’usage ou le traitement responsable des données. Mais l’élément principal demeure la route vers la conduite zéro émission et l’augmentation significative de la part des véhicules électrifiés. Les constructeurs veillent à ce que le réseau mondial de production de batteries soit dans la pleine mesure du possible alimenté de manière éthique et en technologies de pointe ».
Si certains désignent l’écologie comme le grand défi de demain, d’autres préfèrent dès aujourd’hui « investir » sur l’humain. Et c’est le cas du cabinet d’avocats CEW&Partners. « Une philosophie motivée par l’évolution du monde de l’entreprise », insiste Francine Messinne, partner CEW, avant d’ajouter « Nous observons une intensification du rythme et de la pression qui pèsent sur les entreprises et leurs dirigeants. Les consommateurs et les partenaires économiques exigent à la fois un service toujours plus rapide, des tarifs réduits et que l’on réponde aux défis sociétaux et environnementaux. Concilier ces attentes est un défi, d’autant que la réduction du temps de travail a le vent en poupe. Dans un monde où des secteurs entiers doivent se réinventer face à l’émergence d’acteurs disruptifs, de réglementations nouvelles ou de technologies innovantes, les entreprises doivent faire preuve d’anticipation, de flexibilité, d’innovation et saisir les opportunités ».
C’est pourquoi, le cabinet d’avocats situé avenue Louise, à Bruxelles, imagine son développement sur quatre axes : « La relation directe et de confiance avec nos clients, centrale pour nous. Notre capacité à rester à la pointe des développements, non seulement juridiques mais aussi technologiques (blockchain, fintechs…) ou sociétaux. En interne, sur l’ambiance et la solidarité qui nous caractérisent et permettent à chacun de s’épanouir professionnellement et personnellement. Et enfin, sur notre implication dans la cité : soutien de projets artistiques et environnementaux, mécénat de compétences, enseignement dans les universités… ».
Plus que jamais, les entrepreneurs ne peuvent plus faire preuve d’attentisme… Il ne faut pas attendre demain, pour faire ce que l’on peut réaliser aujourd’hui ! La construction du futur se construit dans le présent. Découvrez-le dans le recueil d’entretiens Next2Be, la nouvelle référence pour ceux qui pensent effectivement que « The futur is now ! ». Next2Be est en vente dans toutes les bonnes librairies.
En attendant, ce week-end, n’attendez pas le dimanche soir pour en profiter. Le repos du guerrier commence dès le vendredi, peu importe l’heure, du moment que la chasse de la semaine a été bonne…