Mis à jour le 7 novembre 2022

Padel, un sport qui vous veut du bien

Par Shana Devleschoudere
Partager sur

37.000 joueurs et un nombre qui augmente sans cesse toutes les semaines.  Des clubs et terrains qui sortent de nulle part… le padel est en plein boum !  Ce mix formidable entre le tennis et le squash est en pleine croissance. Mais à l’instar de l’Espagne, le padel peut-il dépasser le tennis en Belgique ? Enquête…

Parler d’énorme succès à propos du padel ces dernières années n’est pas mentir.  C’est vraiment LE sport idéal, qui arrive au bon moment et profite des circonstances pour se faire une place incontournable dans le sport de tous les jours.  Le terrain en gazon synthétique et la forme de sa cage font de ce sport qu’il s’adapte à tous les types de météos. Si on ajoute le caractère social de la discipline (4 joueurs sur une petite surface pour de longs rallyes) et le service bas à la cuillère (qui nécessite donc moins de technique qu’en tennis), on a tous les ingrédients d’un sport qui charme « Monsieur et Madame Toutlemonde ». 

En fait, le padel est né en 1969, lorsqu’un riche Mexicain qui n’avait pas assez de place dans son jardin pour y mettre un terrain de tennis, y introduit cette variante. Via une connaissance d’Enrique Corcuera, ce sport arriva aussi en Espagne où il prit son envol. C’est en effet en 1974 qu’était créé le 1erclub de Padel européen à Marbella et aujourd’hui, l’Espagne compte plus de 5 millions de pratiquants, ce qui en fait donc le sport le plus populaire après le football.

L’Argentine, une autre nation où le sport de raquettes est roi, compte quant à elle 2 millions d’adhérents.  Quand on sait qu’à l’heure actuelle il y a 10 millions de pratiquants dans le monde, ça laisse imaginer l’importance prise par cette discipline dans ces 2 pays.

En Belgique, si au début des années 2000 quelques terrains ont vu le jour à droite à gauche, la mayonnaise n’avait pas réellement pris. Ce n’est que plus tard, en 2012, que sera créé le 1erclub à Gand : le padel4U2. Ensuite, en 2016, Tom De Sutter prit une part importante sur le marché en créant 3 clubs en Flandres.

100.000 membres

Si la crise du Corona a provoqué des situations dramatiques dans pas mal de clubs sportifs et de tennis, le padel lui, a réussi à se faire une petite place au soleil avec une augmentation constante de nouveaux affiliés.  Dans le Nord du pays, alors qu’on comptait quelque 3.000 membres il y a 4 ans,  Tennis Vlaanderen peut aujourd’hui se targuer d’en compter 27.000.  Et cette saison pourrait voir 1700 équipes s’affronter en interclubs sur 580 terrains.

Du côté de la Wallonie, on comptait l’an dernier 124 terrains pour 281 équipes en interclubs (sur 58 clubs).  En Belgique, c’est donc environ 37.000 personnes qui ont découvert le padel et le pratiquent régulièrement.  Le petit frère néerlandophone de Tennis Vlaanderen (la fédération flamande de tennis) a d’ailleurs déjà un objectif très clair, celui d’atteindre les 100.000 membres en 2024.  Avec ‘Start to padel Kids’, il est clair que la cible est toute trouvée pour ces jeunes qui n’ont pas encore pris la direction ou le chemin de la cage.  Et puis, rien n’est laissé au hasard, puisqu’il est de plus en plus envisagé d’optimaliser les structures de tournois nationaux et internationaux.

Marché exploratoire

Des 250.000 membres ou affiliés à la fédération belge de tennis, on considère aujourd’hui qu’un sixième pratique dorénavant le padel.  Cela signifie donc qu’un nouveau marché est en train de se créer dans des domaines tels que le textile, les balles, les raquettes, les chaussures… Les prix des raquettes oscillent entre 50 et 300 euros (pour le top du top), et un tube de balles de padel revient en moyenne à 6 euros. Des tarifs extrêmement intéressants et démocratiques pour les débutants.

Dans le nouveau petit monde du padel, quelques sociétés se partagent la grande partie du gâteau. Il s’agit de Siux (une société espagnole fondée en 2013 et en croissance constante), de Bullpadel (le plus grand vendeur de raquettes actif depuis 1995) et de Star Vie (déjà actif aussi depuis plus de 20 ans).  Mais depuis peu, les grandes marques traditionnelles de tennis essayent elles-aussi de grapiller des parts de marché. On pense à Adidas, à Head et surtout à Babolat, représenté en Belgique par Dominique Coen qui fait d’ailleurs partie du top Belge dans le monde du padel.  Son expérience du terrain est forcément une plus-value pour la marque qui, avec les Air Viper et Counter Viper, essaye également d’attirer le monde amateur.

A titre de comparaison, on estime à 87 millions le nombre de pratiquants de tennis dans le monde. Le squash en compte 20 millions. Donc effectivement, avec 10 millions de pratiquants pour le padel, il y a encore du boulot… Mais comme la discipline est encore méconnue dans certains endroits du globe, on peut compter sur l’émergence de nouveaux marchés tels que l’Amérique, la Chine, la Russie, l’Australie et tout le reste de l’Asie.  A voir maintenant si le développement de la discipline sera suffisant pour nous donner rendez-vous aux Jeux Olympiques de Los Angeles en 2028…