Mis à jour le 27 juillet 2022

Sensibilité, éthique, philosophie et investissement riment-ils à l’unisson ?

Par Shana Devleschoudere
Partager sur
"La philanthropie vise un monde meilleur pour tous en investissant de manière désintéressée dans des projets à impacts sociétaux positifs et durables" Thomas de Wouters d’Oplinter

"La philanthropie vise un monde meilleur pour tous en investissant de manière désintéressée dans des projets à impacts sociétaux positifs et durables" Thomas de Wouters d’Oplinter

Cette semaine marque la fin de notre série “Investir autrement”. Avant de refermer ce chapitre, nous tenions à vous parler d’un business pas comme les autres … à l’image de son fondateur.
Nous sommes en 2000, lorsque Thomas de Wouters d’Oplinter s’inspire des modèles de Family Office indépendants et décide de lancer une activité de conseil patrimonial aux familles qui soit totalement indépendante de toute institution financière. Il l’a baptise Umani. Tout un symbole déjà ! Vingt-deux ans plus tard, l’activité a pris son essor, l’équipe s’est agrandie et les compétences se sont associées afin de délivrer un service global.
Et quand on parle de globalité, Umani ne fait pas dans la dentelle. Nous l’avons déjà dit dans une autre newsletter, la société s’occupe d’abord de la gouvernance familiale en aidant à définir le projet d’une famille et ses générations futures ; ensuite, en structurant le patrimoine via des solutions efficientes. La planification successorale est aussi l’un des points forts du Family Office, et ce, afin d’éviter tout problème dans la transmission du patrimoine. Enfin, la société possède un comptoir français pour accompagner ses clients dans un cadre transfrontalier.
Mais arrêtons-nous sur la personnalité de son fondateur, Thomas de Wouters d’Oplinter, né en 1969, l’année ou Neil Armstrong a posé le pied sur la Lune. Encore un symbole.
Grâce à des études d’ingénieur, il bénéficiera d’un horizon de choix. Oui mais voilà, Thomas a un sacré caractère et à 23 ans, se trouvant un peu jeune pour travailler, il s’en va parcourir le monde durant 2 années ! Appareil photo à la main, il traversera l’Afrique, l’Asie du Sud-est, la Cordillière des Andes de la Terre de Feu jusqu’au Darien Gap, entre Colombie et Panama, l’Amérique Centrale jusqu’au Mexique d’où … il décidera de rentrer voir les siens.
Evidemment, à l’époque, ni GSM, ni internet, ni aucun moyen de communication moderne. Quel tempérament pour un jeune homme qui a à peine passé la vingtaine… Et toute sa carrière sera à l’avenant : une tête bien faite, un grain de folie et de la passion dans tout ce qu’il fait. Voilà les ingrédients de son (ses) succès.
Aujourd’hui, Thomas a trouvé une autre façon de s’épanouir : Umani mène désormais des actions de philantropie et de mécénat dans le cadre de son projet sociétal global. C’est ainsi que son entreprise soutient par exemple l’ASBL Spinmaker. Fondée en 1990, cette association donne l’occasion à des jeunes en difficulté de vivre des weekends sportifs et aventureux. Un projet qui s’inscrit parfaitement dans les deux axes principaux dans lesquels Umani a décidé de s’engager : l’aide à l’enfance défavorisée et la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale.
Mais ce n’est pas tout : la société soutient une autre ASBL organisant des expositions d’artistes, pour la plupart peu connus, permettant ainsi de leur donner l’occasion de rencontrer un public plus large qu’un petit cercle d’initiés. Pour Umani, c’est l’occasion d’inviter clients, partenaires, etc, … Du win-win !
Thomas de Wouters d’Oplinter a décidé de vivre hors des sentiers battus. Et comme il a du coeur, il entraîne les autres. Un type bien, ce Thomas ! Il mérite qu’on le devienne aussi…
Pour en savoir plus sur l’humanité avec laquelle Thomas gère UMANI, rendez-vous sur le tourne-page du LOBBY 55.
En attendant, ce week-end, si vous êtes aoûtiens, soyez humains avec les juilletistes. Pour eux, les vacances c’est fini…