Mis à jour le 6 octobre 2022

Habiter un lieu, y travailler, s’y détendre et y faire du shopping… c’est possible !

Par Shana Devleschoudere
Partager sur
« Il est temps d’avoir un portefeuille plus durable » - Michel Van Geyte : CEO Nextensa.

« Il est temps d’avoir un portefeuille plus durable » - Michel Van Geyte : CEO Nextensa.

Cette semaine encore, nous nous intéressons aux liens entre immobilier et patrimoine iconiques et vertueux avec une société qui fait rimer immobilier et… durabilité.
Plus personne n’en doute aujourd’hui, l’écologie est un enjeu majeur pour la survie de notre planète et, partant, de l’humanité. L’opinion publique est d’ailleurs très sévère avec ceux, encore trop nombreux, qui ne font pas les efforts nécessaires. Et dans ce contexte, l’immobilier et l’écologie n’ont jamais été vraiment de pair…

Heureusement, les choses changent et vont plutôt dans le bon sens : les nouvelles technologies, les techniques d’isolement, les matériaux de construction… Tout cela évolue vite et permet enfin d’allier responsabilité environnementale et construction. Il était temps !

Dans ce cadre, le magazine LOBBY a décidé de s’intéresser à Nextensa, un label né du mariage entre Leasinvest et Extensa.
Nextensa se définit comme « un investisseur et un développeur immobilier belge de premier plan ». La société tend à repérer des opportunités immobilières de croissance et les transforme en une réalité pour toutes les parties prenantes. En plus de créer des quartiers pionniers, elle contribue à la communauté en anticipant les tendances et en créant des espaces durables et vivants pour y vivre, y travailler, s’y détendre et même, y faire du shopping. Pour y arriver, elle s’appuie sur un portefeuille d’investissement impressionnant, qui s’élève à plus d’1,4 milliard d’euros… ! Un montant réparti entre le Grand-duché du Luxembourg (45%), la Belgique (42%) et l’Autriche (13 %).

C’est donc un CEO heureux, Michel Van Geyte, qui a répondu aux questions de LOBBY. Interview que vous pouvez trouver en intégralité dans le dernier numéro du magazine, mais dont nous vous proposons deux extraits ici-bas.

Sur la durabilité : « Du temps de Leasinvest, nous étions déjà engagés dans la durabilité. Cependant, le cadre lié aux Sociétés Immobilières Réglementées (SIR) nous empêchait d’accélérer cette politique. Une SIR est obligée de distribuer 80% de ses bénéfices en dividendes à ses actionnaires boursiers. Pour cela, elle doit garder un portefeuille stable d’immeubles qui rapporte des loyers. Sa marge de manœuvre pour développer de nouveaux projets est donc limitée. La fusion a permis d’accroître les possibilités. Qui dit plus d’autonomie signifie aussi plus de durabilité ».

Nous l’avons déjà écrit ci-dessus (presque) tout le monde a conscience aujourd’hui des enjeux environnementaux. C’est le cas également des entreprises dont la demande semble être de disposer de sièges centraux, écologiquement exemplaires. Quelles conséquences cela a-t-il sur le

marché ? « Il existe effectivement une demande claire pour de tels bâtiments. Les entreprises clientes sont même prêtes à payer un peu plus cher – car ces chantiers coûtent davantage que les constructions classiques. En retour, un immeuble écologique procure une excellente image. Il sert aussi sur le plan marketing : on peut y organiser des événements qui marqueront bien davantage. Toutefois, il y a deux réserves. D’abord, la demande en bureaux est moindre. Ensuite, la crise énergétique et inflationniste actuelle risque bien d’impacter ce marché. » Restons donc sur nos gardes…
La durabilité n’est pas un vain mot chez Nextensa. L’entreprise érige par exemple en ce moment, à la rue Montoyer (à Bruxelles), un bâtiment neutre en CO2 et construit en bois, sur huit étages ! Pour savoir où en est ce chantier et en apprendre plus sur Nextensa, rendez-vous dans le nouveau magazine LOBBY.
En attendant, ce week-end, rentrez des bûches pour vos feux d’automne. Un feu dans l’âtre, c’est beau, c’est naturel, ça met de l’ambiance, c’est convivial et ça réchauffe. Dans l’air du temps, du durable quoi !